Coronavirus et Ramadan- en quoi le mois de jeûne musulman différera cette année

Le Covid-19 aura inéluctablement un impact sur les Musulmans lors du mois béni de Ramadan – mais comment ? Qu’adviendra-t-il des rassemblements du mois sacré ?

Avec la propagation du Covid-19 touchant des millions de personnes dans le monde, le mois sacré du Ramadan, qui doit commencer aux alentours du jeudi 23 avril, pourrait sembler très différent cette année.

Que se passe-t-il habituellement pendant le Ramadan?

De nombreux Musulmans se concentrent pendant le mois sacré sur le renforcement de leur foi et sur l’évitement des distractions du monde, le Ramadan est également le moment où les séries télévisées trouvent un public aux heures de grande écoute.

Pour les Musulmans du monde entier, le Ramadan est l’un des mois les plus bénis de l’année. On pense qu’au cours de ce neuvième mois du calendrier islamique, Dieu a révélé les premiers versets du Coran, le Livre Saint, au prophète Mohammed .

Plus d’1,6 milliard de Musulmans dans le monde jeûneront chaque jour, s’abstenant de manger et de boire du lever au coucher du soleil comme un acte d’adoration. L’Islam suit le calendrier lunaire, ce qui signifie que les dates du Ramadan changent chaque année. A travers le jeûne, les Musulmans sont renforcent leur relation en contrôlant leurs passions, en multipliant les oeuvres pies espérant l’agrément du Créateur et l’expiation des péchés.

Chaque jour du mois, les Musulmans tenteront de renouer avec leur foi à travers la prière, la lecture du Coran et des dons de charité, ainsi que le rétablissement des relations avec les amis et la famille.

La rupture du jeûne, ou iftar, au coucher du soleil est généralement une affaire de communauté et propre à chacun, avec des personnes qui se rassemblent à la maison ou dans de grands espaces publics pour manger ensemble.

Les heures de jeûne dépendent du lever et du coucher du soleil, ce qui varie sa durée d’un endroit à l’autre : cette année, par exemple, le jeûne durera plus longtemps à Londres qu’à Sydney. Seuls ceux qui sont physiquement capables sont censés jeûner, ce qui signifie que les Musulmans malades peuvent être exemptés.

Il est traditionnel de se réveiller pour un Sohour, un repas avant l’aube, qui sert d’alternative au petit-déjeuner qui, autrement, manquerait et pour lequel le Prophète Mohammed a recommandé sa pratique.

Le Coran a été révélé au Prophète Mohammed   lors d’une des 10 dernières nuits du Ramadan, connue sous le nom de « Nuit du Destin ». Certains Musulmans choisissent de vivre et de dormir dans une mosquée au cours de ces derniers jours, pour se concentrer entièrement sur l’augmentation de leurs connaissances religieuses.

Comment le coronavirus affectera-t-il mon jeûne?

Le jeûne pendant le Ramadan est obligatoire. Des dérogations sont accordées aux enfants, aux femmes enceintes et aux personnes malades ou en voyage.

Le jour du Ramadan commence généralement dans de nombreuses communautés avant l’aube. Dans les ruelles étroites du Moyen-Orient pendant le Ramadan, un tambour battant peut parfois être entendu pendant les premières heures. C’est le musaharati, qui réveille les résidents à temps pour le suhoor avant l’aube et souhaite aux résidents un mois béni. Dans certains quartiers très soudés, les musaharati appellent même les enfants par leur nom individuel. Cette année, le son des musaharati pourrait être réduit au silence car ils respectent les règles du confinement.

Pendant la journée même, la plupart des Musulmans qui observent le jeûne continuent de travailler et d’aller à l’école, tout en s’abstenant de manger et de boire.

Mais la pandémie de coronavirus a contraint des milliers d’écoles à fermer et des millions de personnes à travailler à domicile. Cela pourrait apporter un certain soulagement à certains de ceux qui jeûnent : les heures habituellement passées pour se rendre au travail et en revenir peuvent plutôt être utilisées pour rattraper le sommeil perdu pendant les nuits tardives réservées pour les actes d’adoration.

En quoi les heures de repas du Ramadan seront-elles différentes ?

Le Ramadan est un festival très communautaire tout au long du mois – mais cela aussi peut être affecté par la pandémie de coronavirus.

L’Iftar – littéralement traduit par «rompre le jeûne» – est un repas très attendu souvent partagé avec la famille élargie et les amis.

La propagation de Covid-19 empêchera probablement les familles et les groupes plus importants de se rassembler, car les gouvernements du monde entier invitent les gens à se distancier physiquement les uns des autres. Cela peut également empêcher ceux qui vivent dans des ménages plus petits, qui sont souvent invités à rejoindre un rassemblement plus important, de le faire.

Souvent, des organisations caritatives ou des particuliers érigent de grandes tentes où les musulmans peuvent se rassembler et rompre le jeûne : ceux-ci sont ouverts à tous, permettant aux moins fortunés de partager également un repas.

Les suhoors d’avant l’aube sont également susceptibles d’être affectés, que certaines organisations du Moyen-Orient utilisent pour remplacer les activités sociales de bureau ou les événements de presse qui auraient autrement lieu pendant la journée.

Pour contourner les restrictions liées à l’éloignement social, certaines organisations et mosquées ont mis en place des webinaires en ligne et des vidéoconférences. Un tel exemple est le projet de tente du Ramadan au Royaume-Uni, qui accueille généralement un iftar ouvert en plein air tous les ramadans: cette année, il organisera des webinaires en ligne pour répondre à des questions spirituelles et offrira des conseils sur la façon de profiter du mois sacré.

Comment les prières seront-elles affectées pendant la pandémie ?

Chaque soir pendant le Ramadan, des prières prolongées, appelées Tarawih, ont lieu dans les mosquées du monde entier. Ces actes de culte commun sont tenus dans la conviction qu’il y a une plus grande récompense pour les prières faites dans la congrégation.

Les mosquées se remplissent de fidèles pendant cette période : les lieux les plus populaires sont remplis à débordement, les fidèles suivant les prières de la cour et des rues environnantes.

Mais cette année, de nombreuses mosquées dans le monde entier ont déjà fermé leurs portes pour freiner la propagation du virus.

Au Royaume-Uni, le Muslim Council of Britain (MCB) a publié une déclaration disant qu’il devrait y avoir une suspension immédiate des services de prière si l’épidémie se poursuit au rythme prévu. Aux États-Unis, la All Dulles Area Muslim Society a déclaré que les cinq prières quotidiennes de la congrégation seraient annulées dans ses 10 mosquées face à la menace du virus.

Certaines mosquées, dont l’Atlanta Masjid aux États-Unis, ont commencé à diffuser en direct la khoutbah, le sermon prononcé avant les prières de la congrégation du vendredi. Cette congrégation virtuelle peut continuer pendant le Ramadan afin que les prières puissent être observées depuis la sécurité des maisons des fidèles.

Dans certaines régions du Moyen-Orient, l’adhan, ou appel à la prière, qui est amplifié depuis les mosquées cinq fois par jour, a été utilisé pour encourager les gens à rester en sécurité. Au Koweït, l’appel a été modifié pour inclure l’expression «priez dans vos maisons» au lieu de l’habituel «venez prier».

Comment les restrictions sur les coronavirus ont-elles frappé les pèlerins?

Les mois avant et pendant le ramadan sont parmi les plus fréquentés pour se rendre dans la ville sainte de La Mecque, lieu de naissance du prophète Mohammed , en Arabie saoudite. Il attire des millions de Musulmans du monde entier, qui économisent souvent pendant des années pour terminer la Omra, un pèlerinage facultatif, qui leur permet de renouer avec leur foi, de demander pardon et de prier pour leurs besoins.

Habituellement, les pèlerins doivent fournir une preuve de vaccination contre la méningite lorsqu’ils entrent dans le royaume – mais la propagation du coronavrius a augmenté le nombre de mesures.

Le 27 février, l’Arabie saoudite a temporairement suspendu ses déplacements vers les sites les plus sacrés du pays, craignant qu’elle n’encourage la propagation du coronavirus, laissant les agents de voyages se démener et réorganiser les réservations. De nombreux pèlerins ont simplement annulé leurs voyages.

Plus tôt ce mois-ci, la Grande Mosquée de La Mecque a été vidée et nettoyée pour se prémunir contre la propagation du virus.

Quelles autres formes de culte peuvent être affectées ?

Certains musulmans se réunissent régulièrement pour approfondir leur connaissance de leur foi dans un cercle d’étude appelé halaqah. La pratique remonte à l’époque du Prophète , quand une tradition de connaissances partagées permettait aux musulmans d’apprendre et de poser des questions.

Celles-ci augmentent en fréquence pendant le Ramadan. Les discussions sont adaptées à la démographie des participants. Les prières et les supplications ont également généralement lieu dans la congrégation pendant les réunions.

De nombreuses mosquées proposeront des alternatives en ligne, telles que des plates-formes de vidéoconférence ou la diffusion en direct, en remplacement de la tradition séculaire.

Qu’en est-il des oeuvres caritatives pendant la pandémie ?

Au cœur du mois de Ramadan, les actes de charité se multiplient. Les événements de collecte de fonds sont généralement organisés autour d’événements communautaires, tels qu’un grand repas iftar ou après les prières communes.

Habituellement, les bénévoles recueillent des dons pour emballer des sacs de nourriture du Ramadan pour les moins fortunés. Cette année, la pénurie de produits alimentaires essentiels tels que le riz, les pâtes et les lentilles, ainsi que les restrictions de mouvement, font que les ménages avec peu ou pas de revenus en souffriront probablement. Dans certains pays frappés par des crises économiques, comme l’Égypte, le Ramadan est souvent la seule période de l’année où certaines familles peuvent manger de la viande si, par exemple, des morceaux de poulet sont mélangés au riz.

Selon le Muslim Charities Forum (MCF), les Musulmans donnent au moins 130 millions de livres sterling (148 millions d’euros) à des œuvres caritatives pendant le mois sacré.

Cette année, attendez-vous à une grande partie de la collecte de fonds via des sites Web de dons en ligne.

Qu’en est-il de l’Aïd et du coronavirus?

Le Ramadan se termine avec l’observation de la prochaine pleine lune. C’est un signal pour marquer l’Aïd al-Fitr, une célébration de trois jours.

Les premières prières de la congrégation, organisées le premier matin de l’Aïd, rassemblent les communautés pour qu’elles se rencontrent, prient et mangent pendant la journée pour la première fois en un mois.

Dans une grande partie du Moyen-Orient, l’Aïd est une fête nationale, un temps pour la nourriture et les festivités, lorsque les enfants portent de nouveaux vêtements, reçoivent de l’argent ou des cadeaux et mangent des bonbons. Les familles organisent généralement des sorties, remplies d’activités pour les enfants et de rencontres sociales pour les adultes.

Les maisons sont décorées de lumières, de guirlandes et de panneaux indiquant « Eid Mubarak ( » Fête bénie « en arabe) pour marquer l’occasion.

Mais en raison de la pandémie de coronavirus, l’Aïd est susceptible d’être affecté plus que le Ramadan cette année. Alors que les traditions de base du Ramadan peuvent être observées à la maison, y compris les prières de la congrégation via le streaming, l’Aïd est généralement le moment où les musulmans sortent pour célébrer, rendre visite à leur famille et à leurs amis et reprendre une vie quotidienne normale.

Étant donné que les autorités religieuses et les gouvernements sont susceptibles d’interdire les grands rassemblements, conformément aux mesures de confinement, attendez-vous à ce que l’Aïd soit plus discret et réfléchi cette année.

1 COMMENTAIRE

  1. chaque année, le ramadan s’impose aux musulmans pratiquants mais aussi aux musulmans non pratiquants qui doivent vivre clandestinement leur non observance du jeûne du ramadan.

    Il est temps d’avoir un débat sur la liberté de conscience (croyance et pratique)

    une initiative : http://www.ramadans.fr propose un échange d’idées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici