Coronavirus - Comment le Mossad mène une guerre secrète

Dans un reportage TV, un gradé de l’agence d’espionnage dit qu’Israël – et d’autres pays – a récupéré des machines destinées à d’autres, dans une « opération complexe » qu’il dirige, rapporte le journaliste Michael Bachner dans le Times of Israel.

Les agences d’espionnage du monde entier, qui s’occupent normalement de la sécurité nationale, du terrorisme et du crime à l’échelle internationale, ont utilisé leur expertise pendant la pandémie de coronavirus pour mettre la main sur des équipements médicaux qui sont devenus inestimables, a déclaré un officier supérieur du Mossad.

Dans un exposé diffusé mardi par le programme d’information d’investigation « Uvda » de la Douzième chaîne, le chef du département technologique du service de renseignement israélien du Mossad a déclaré que les pays sont engagés dans une bataille féroce et secrète pour prendre à tout prix le contrôle d’une offre limitée de respirateurs.

Le Mossad, qui a été chargé de sécuriser les équipements médicaux provenant de pays non spécifiés dans un contexte de pénurie mondiale, a contribué à l’obtention de 25 000 masques respiratoires N95, 20 000 kits de dépistage du virus, 10 millions de masques chirurgicaux et 700 combinaisons pour les ambulanciers qui effectuent habituellement les premiers tests de dépistage du virus.

Les services de sécurité et les ministères israéliens ont également acquis 27 respirateurs et au moins 160 autres respirateurs seront acheminés en Israël d’ici mercredi, a déclaré le Mossad, sans donner de détails sur la provenance du matériel.

Il s’agissait de la troisième expédition de ce type effectuée par le Mossad au cours des dernières semaines dans le but de remédier aux pénuries en Israël.

« J’ai supervisé de nombreuses opérations dans ma vie, mais je n’ai jamais eu affaire à une opération aussi complexe », a déclaré l’officier du Mossad, identifié uniquement par l’initiale en hébreu « Het ».

Il a déclaré que le gouvernement a chargé le Mossad d’obtenir plus de 130 000 articles nécessaires à la lutte contre l’épidémie du virus respiratoire, notamment des masques à gaz, des kits de dépistage du virus, des médicaments, des équipements de protection et, surtout, des respirateurs, qui sont devenus l’une des marchandises les plus recherchées au monde.

« Le monde vend [des respirateurs] au compte gouttes. Nous devons trouver les failles », a déclaré M. Het. « Nous sommes les champions du monde des interventions, et nous savons comment gérer des opérations complexes. »

« Nous utilisons nos relations spéciales pour gagner la bataille et peut-être faire ce que le monde entier fait – mettre la main sur les stocks commandés par d’autres », a-t-il déclaré.

Het a déclaré que son bureau recevait chaque jour plus de 2 000 pistes, certaines fausses et d’autres réelles, et certaines où d’autres pays battent Israël à plate couture.

« Nous avions un pays en Europe où nos camions sont arrivés aux portes de l’usine mais un autre pays européen était devant nous et a chargé le tout », a-t-il raconté. « Nous avions aussi des équipements que nous avions achetés dans un avion, mais qui ont dû être déchargés parce que l’avion n’avait pas eu la permission [de décoller] en raison de l’embargo. »

« Le monde entier ne se soucie que de lui-même. Les prix ont quadruplé et quintuplé et le monde a fermé ».

Toutefois, M. Het s’est dit confiant dans la capacité de son organisation à atteindre l’objectif fixé, à savoir l’acquisition de 7 000 respirateurs.

« Uvda » a cité de hauts fonctionnaires qui ont déclaré que d’ici le week-end prochain, Israël parviendrait à acquérir 1,5 million de masques de protection N95 supplémentaires nécessaires au personnel médical, 700 000 masques chirurgicaux, 2 millions de combinaisons et de lunettes de protection, 50 000 médicaments contre le coronavirus et, surtout, 180 ventilateurs.

Le rapport a également indiqué qu’Israël avait récemment obtenu des informations essentielles nécessaires à la fabrication locale de respirateurs, grâce à une opération complexe.

Het a déclaré que l’objectif d’Israël était de ne dépendre de personne, et Yaniv Rotem, chef du département de recherche et développement au sein du ministère de la Défense, a déclaré que l’objectif était de produire des centaines de respirateurs par semaine.

« Les premiers exemplaires de ces respirateurs seront fabriqués cette semaine, et leur nombre augmentera au fur et à mesure », a déclaré M. Het. « Il n’y aura pas de goulot d’étranglement ».

Il a déclaré que, contrairement à il y a trois ou quatre jours, il était désormais convaincu qu’Israël surmonterait la crise bien mieux que l’Italie, l’Espagne et les États-Unis, et qu’il n’y aurait pas de pénurie de matériel.

Mercredi matin, 5 591 cas de COVID-19 avaient été diagnostiqués en Israël. Vingt et une personnes sont mortes de la maladie et 97 sont dans un état grave, dont 76 sont reliés à un respirateur, selon les chiffres du ministère de la Santé.

Selon un rapport préparé la semaine dernière pour la commission spéciale de la Knesset sur la gestion du coronavirus, il restait au maximum 1 437 respirateurs disponibles dans le pays pour traiter les patients. Le ministère de la Santé a contesté ce chiffre, affirmant qu’il y avait 2 864 respirateurs disponibles.

La semaine dernière, le Mossad a introduit en Israël 400 000 kits de test de coronavirus provenant d’un endroit à l’étranger non divulgué, a déclaré le bureau du Premier ministre à l’époque. La cargaison est arrivée une semaine après que l’agence a obtenu 100 000 kits de test.

Le bureau du Premier ministre, qui est responsable du Mossad, a déclaré que le service de renseignement avait importé les éléments nécessaires pour effectuer environ 400 000 tests. Les écouvillons nécessaires à l’exécution de cette tâche proviennent à la fois de l’intérieur du pays et d’un certain nombre de pays étrangers.

Le bureau du Premier ministre a refusé de faire d’autres commentaires sur la question, en particulier sur le ou les pays qui lui ont vendu les composants de test, conduisant beaucoup à penser qu’il s’agissait d’un pays qui n’a pas de relations fortes ou officielles avec Israël.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici