Une enfant syrienne blessée au cours d'une attaque

En moyenne, un enfant par jour a été tué au cours de l’année écoulée par des violences dans la province nord-syrienne d’Idlib, selon Save the Children. Une crise humanitaire est en cours dans la dernière région du pays sous contrôle rebelle.

Les chiffres sont alarmants

Le sinistre bilan des enfants n’a montré aucun signe de ralentissement au cours de la nouvelle année. Depuis le début de la dernière série de combats en décembre, 36 enfants ont été tués et plus de 150 000 ont été déplacés.

Malgré des mois d’avertissements désastreux de la part des agences d’aide et des organisations caritatives au sujet d’une catastrophe imminente dans le nord de la Syrie, les pires scénarios pour les civils semblent se réaliser.

«Les Nations Unies ont mis en garde à plusieurs reprises contre le déroulement de la« pire catastrophe humanitaire » à Idlib si la violence ne s’arrête pas. La catastrophe humanitaire est en train de se produire », a déclaré Diana Semaan, chercheuse en Syrie à Amnesty International.

De plus, le mauvais temps hivernal a augmenté la misère sur les milliers de familles qui ont fui les récents combats et n’ont désormais nulle part où aller.

« Les gens ont rassemblé ce qu’ils pouvaient de leurs biens et ont tout laissé derrière eux »,

a déclaré Obaida Dandoush, 33 ans, militante et volontaire de la ville de Kafranbel, qui a été déplacée à Idlib.

« Ils se sont dirigés vers les régions du nord. Elle est plus sûre, beaucoup se sont réfugiés en plein air, dans des fermes, des écoles, des mosquées et des bâtiments en construction. Ils n’ont pas accès aux soins médicaux, à la nourriture ou à l’eau. Leur situation est catastrophique », a-t-elle déclaré à The Independent.

Une guerre contre les enfants

Hanin al-Sayed, 27 ans, est journaliste et activiste à Maarat al-Numan. Elle a fui sa ville natale avec sa famille en mai de l’année dernière et documente depuis la crise humanitaire.

« Tant de gens ne pouvaient rien emporter car ils n’avaient ni voitures ni véhicules. Beaucoup ont dû fuir à pied. Ils attendraient sur les routes que des volontaires viennent les chercher. »

« Personne ne devrait être soumis à une telle brutalité », a-t-elle ajouté.

Save the Children appelle toutes les parties à mettre fin à cette guerre contre les enfants. En conséquence, le Conseil de sécurité des Nations unies devrait voter des résolutions afin de poursuivre les livraisons d’aide humanitaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici