Coronavirus : des clandestins payent jusqu’à 6000 euros pour retourner au Maroc

Afin de fuir l’épidémie du Coronavirus qui sévit actuellement en Europe, une centaine de jeunes marocains ont payé jusqu’à 60 000 dirhams ( près de 6000 euros) pour retourner au Maroc. C’est à bord de deux bateaux pneumatiques que ces jeunes ont décidé de quitter une Europe contaminée.

Fuir une Europe contaminée pour 6000 euros

Il semblerait donc que l’immigration clandestine fonctionne dans les deux sens !

Des marocains, nouvellement installés en Espagne ont rapidement regretté leur choix et ont décidé de faire demi-tour. La cause ? L’épidémie du Coronavirus qui s’étend de plus en plus à travers l’Europe. Et ce voyage a eu un coût, loin d’être négligeable : certains d’entre eux ont payé jusqu’à 6 000 euros pour rejoindre le continent africain !

Sauvés par un passeur

Surpris par d’énormes vagues et bloqués dans les eaux une journée entière, ils ont pu être sauvés par un passeur originaire de Kénitra qui les a conduits jusqu’à une plage située près du Douar Akla. Bien évidemment contre monnaie sonnante et trébuchante. Le malfaiteur leur a ainsi réclamé 300 000 dirhams contre son aide, rapporte Al Ahdath Al Maghribia.

Arrivés à bon port près de Larache, ces marocains fuyant l’Europe se sont alors volatilisés. Impossible aujourd’hui de les retrouver, malgré une enquête diligentée par la gendarmerie royale de la commune de Laouamra.

C’est finalement la gendarmerie de Moulay Bousselham qui a pu retrouver certains d’entre eux. Et pour certains, inutile de préciser qu’ils ont été retrouvés dans des endroits plus qu’insolites.

« L’un d’entre eux a été retrouvé recroquevillé dans un four traditionnel en argile, dans le douar Chaoufaa. » explique la gendarmerie.

Les recherches continuent malgré tout dans les douars environnants, dans les communes de Moulay Bousselham et Sidi Boubker Haj.

Ils risquent de contaminer certaines communes du Maroc

Ces recherches ont pour objectif de s’assurer que ces migrants clandestins ne sont pas porteurs du Covid-19 qu’ils auraient pu attraper durant leur séjour en Europe. Le risque est qu’ils contaminent la région dans laquelle ils se sont réfugiés.

Rappelons enfin que le Maroc n’est pas totalement épargné par l’épidémie du Coronavirus puisque la barre symbolique des 1 000 cas diagnostiqués a été franchie ces dernières heures.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici