Des agents de sécurité d'un hôpital Israélien tuent un Palestinien épileptique devant sa mère

Alors qu’il s’apprêtait à entrer dans un hôpital israélien pour se faire soigner, un Palestinien épileptique a été tué à l’entrée par des agents de sécurité.

La scène s’est déroulée mercredi à Tel Aviv, à l’hôpital Sheba. Alors que le malade allait entrer dans l’établissement où il recevait fréquemment ses traitements contre son épilepsie, le jeune homme a trouvé la mort.

En effet, une dispute aurait éclaté à l’entrée de l’hôpital entre les agents de sécurité et le Palestinien épileptique.

D’ailleurs, une vidéo montre trois agents de sécurité qui tirent sur Moustafa Younis alors que ce dernier lève la main, debout contre sa voiture, côté conducteur.

Les agents de sécurité ont tous les trois tiré sur lui. En tout, sept balles l’ont atteint à bout portant, le tuant sous les yeux de sa mère. Cette dernière, sous le choc, a été incapable d’arrêter le meurtre de son fils.

Certaines sources israéliennes ont affirmé que le Palestinien épileptique avait essayé de poignarder les agents. Une thèse balayée par le contenu de la vidéo.

Mahmoud Younis, le jeune frère de Mustafa affirme :

«Mon frère a été assassiné de sang froid.»

Quant à l’oncle de la victime, le Dr. Issam Younis, il a déclaré à Palestine News Network :

«Il avait l’habitude de venir à l’hôpital pour son traitement tous les six mois. Et il y était déjà venu il y a plusieurs mois. Depuis quatre jours, il se préparait à une intervention sur le cerveau. Une dispute a apparemment éclaté entre lui et l’un des agents de sécurité de l’hôpital qui lui disait de mettre un masque. Mustafa a répondu que le garde lui-même ne portait pas de masque.»

C’est alors qu’une dispute aurait éclaté, conduisant à la mort du jeune Palestinien épileptique.

De son côté, la mère de Mustafa a expliqué aux journalistes :

«La police israélienne a arrêté notre voiture et a demandé à mon fils d’en sortir. Il a refusé, mais ils l’ont tiré hors de la voiture. Une fois qu’il a été à l’extérieur de la voiture, j’en suis sortie moi aussi. Et lorsque j’en ai fait le tour, ce fut pour voir les agents de sécurité tirer directement sur lui, de près.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici