Royaume-Uni - Les mariages musulmans sont désormais invalidés par la législation

Un tribunal a infirmé un jugement d’il y a deux ans qui a conclu qu’un couple qui avait célébré un mariage islamique pouvait divorcer légalement.

La Haute Cour a statué en 2018 que la cérémonie islamique du «nikah» relevait de la loi anglaise sur le mariage.

Mais la Cour d’appel a maintenant déclaré qu’il s’agissait d’une cérémonie non légale « invalide ».

Les juges ont déclaré que le fait qu’ils avaient l’intention de tenir une nouvelle cérémonie civile signifiait qu’ils devaient savoir que leur mariage islamique n’avait aucun effet juridique au Royaume-Uni.

Le procureur général a fait appel de la décision initiale du tribunal

L’affaire concernait le divorce de Nasreen Akhter et Mohammed Shabaz Khan, qui ont quatre enfants.

Le couple a eu une cérémonie de mariage islamique dans un restaurant de l’ouest de Londres en 1998 en présence d’un imam et d’environ 150 invités, mais aucune cérémonie civile n’a eu lieu par la suite, malgré le fait que Mme Akhter ait soulevé la question à plusieurs reprises.

Ils se sont séparés en 2016 et M. Khan a tenté de bloquer la demande de divorce de son épouse il y a deux ans au motif qu’ils n’avaient pas été légalement mariés en premier lieu.

«La chari’a uniquement»

Mme Akhter a fait valoir que leur mariage de confession islamique était valide, tout comme sa demande de divorce, et qu’elle avait droit à la même protection juridique et au même règlement offerts au Royaume-Uni aux couples légalement mariés.

Sa demande de divorce a été analysée lors d’un procès devant la Division de la famille de la Haute Cour et le juge Williams a rendu un jugement écrit à l’été 2018.

Il a jugé que, puisque le couple se présentait au monde en tant que mari et femme, Mme Akhter avait raison et que leur union devait être reconnue car leurs vœux avaient des attentes similaires à celles d’un contrat de mariage britannique.

Il a ajouté que le mariage entrait dans le champ d’application de la loi de 1973 sur les causes matrimoniales, bien que M. Khan ait affirmé que le mariage était « uniquement régi par la chari’a ».

Le juge Williams a déclaré que Mme Akhter avait donc droit à un décret de nullité.

La Cour d’appel a annulé cette décision vendredi et a déclaré que le mariage était « invalide » en vertu de la loi anglaise sur le mariage.

Il a expliqué que le mariage était « une cérémonie de non-qualification » car il n’a pas été célébré dans un bâtiment enregistré pour les mariages, aucun certificat n’avait été délivré et aucun registraire n’était présent.

« Les parties ne se mariaient pas en vertu des dispositions de la loi anglaise », ont déclaré les juges d’appel.

Ni Mme Akhter ni M. Khan n’ont joué un rôle dans la procédure de recours.

Pragna Patel, directrice de Southall Black Sisters, une organisation à but non lucratif, a déclaré: « Le jugement rendu aujourd’hui obligera les femmes musulmanes et autres à se tourner vers les » tribunaux « de la chari’a qui causent déjà des dommages importants aux femmes et aux enfants pour obtenir des recours car ils sont maintenant verrouillés au sein du système de justice civile. »

Un examen gouvernemental de la chari’a en 2017 a déclaré que les couples musulmans devraient être tenus de participer aux mariages civils en plus des cérémonies musulmanes pour aligner légalement le mariage islamique sur le mariage chrétien et juif.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici