Chine Le mystérieux virus se répand à l’étranger

Le virus impliqué dans une mystérieuse épidémie de pneumonie dans le centre de la Chine se trouve dans une classe d’agents pathogènes qui jouent un rôle important dans les épidémies mondiales de maladies infectieuses.

La mystérieuse maladie a fait sa première victime. Un nouveau type de coronavirus est la cause possible de l’épidémie dans la ville de Wuhan.

Virus : Le bilan actuel

Le Wall Street Journal a rapporté cette semaine que des scientifiques chinois avaient identifié un nouveau type de coronavirus comme une cause possible de l’épidémie où 59 personnes ont été malades, dont sept dans un état critique.

Les autorités sanitaires chinoises ont annoncé samedi la mort d’un homme de 61 ans. Aucune infection n’a été trouvée parmi les personnes en contact étroit avec les patients infectés, y compris les travailleurs médicaux, selon la commission de la santé de Wuhan. Aucun nouveau cas n’a été signalé depuis le 3 janvier.

« Aucun de nous n’a été surpris », a déclaré Michael Osterholm, directeur du Center for Infectious Disease Research and Policy de l’Université du Minnesota. « Je pensais que cela avait une forte possibilité d’être un coronavirus. »

C’est parce que Wuhan a tous les ingrédients pour une épidémie de coronavirus, le Dr Osterholm et d’autres experts disent :

« C’est une grande ville densément peuplée avec des marchés d’animaux vivants où les gens et peut-être les porcs, les chauves-souris ou d’autres mammifères infectés se mêlent. »

On sait que sept souches infectent l’homme, y compris le virus de Wuhan, provoquant des maladies des voies respiratoires. Quatre de ces souches provoquent un rhume. En revanche, deux autres se classent parmi les plus mortelles des infections humaines: le syndrome respiratoire aigu sévère, connu sous le nom de SRAS, et le syndrome respiratoire du Moyen-Orient, ou MERS.

Les premiers signalements apparaissent en dehors des frontières chinoises

Un nouveau cas a été recensé en Thaïlande. C’est le premier pays où cette affection, appartenant à la même famille que le Sras (Syndrome respiratoire aigu sévère), se manifeste en dehors de la Chine où 41 contaminations ont été comptabilisées, indique l’OMS.

Plusieurs personnes ont également été hospitalisées avec les symptômes de cette nouvelle maladie à Singapour et en Corée du Sud. Cependant, les médias ont plus tard infirmé le lien entre ces cas et la pathologie sévissant en Chine.

À l’aéroport de Hong Kong, les autorités ont adopté un régime renforcé du contrôle sanitaire à la frontière et ont installé des scanners permettant de détecter les passagers fiévreux, a fait savoir Associated Press.

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici